La pénibilité de l’exercice professionnel des praticiens de santé (CARPIMKO)



Une étude sur les facteurs de pénibilité auxquels sont confrontés les 230.000 soignants exerçant en libéral et affiliés à la Carpimko.


Alors que la reconnaissance de la pénibilité des infirmiers et des aides-soignants du secteur public avance, pour le personnel soignant exerçant en libéral la question reste en suspens. Au-delà du débat sur les règles de reconnaissance de la pénibilité, le rallongement de la vie active soulève le problème plus large des conditions de travail et du vieillissement pour ces populations exposées à de multiples facteurs de risques professionnels. Dans la mesure où ces risques, sont susceptibles d’impacter l’espérance de vie, l’espérance de vie sans incapacité ou tout simplement la possibilité de maintien dans l’emploi, il devient nécessaire d’alimenter la réflexion sur la prévention de l’usure professionnelle et la mise en place d'une fin de carrière aménagée.


L'étude tente d’apporter des éclairages sur les facteurs de pénibilité auxquels sont confrontés les 230 000 soignants exerçant en libéral et affiliés à la Carpimko :

  • Infirmiers Diplômés d’Etat en Libéral (IDEL)

  • Masseurs-Kinésithérapeutes (MK)

  • Pédicures-Podologues (PP)

  • Orthophonistes

  • Orthoptistes

Elle a pu mettre en lumière la nature d’exposition à la pénibilité de chacun de ces métiers, dans une dimension physique (contraintes physiques marquées, environnement agressif et rythmes de travail) mais également dans une dimension psychologique. Si certains métiers traités dans l'étude peuvent présenter des contraintes physiques susceptibles d’augmenter le risque d’apparition de pathologies (par exemple de type Troubles Musculo-squelettiques - TMS), c’est bel et bien l’état de santé psychologique des soignants qui alerte.


Que l'on parle d’exposition à de l’hyperstress ou de présence de signes d’un syndrome d’épuisement professionnel, cette étude d’envergure, vient corroborer les travaux internationaux alertant sur le risque très important pour la santé mentale de nos soignants. Les taux de stress mesurés dans cette étude sont d’ailleurs bien au-dessus des benchmarks sur les travailleurs français ou européens. Par ailleurs, les auteurs de l'étude ont investigué les facteurs de risques auxquels sont confrontés les soignants. Les résultats démontrent une « poly-exposition » à des facteurs des Risques Psycho-Sociaux (travail dans l'urgence, isolement dans le travail, difficulté à concilier vie professionnelle et vie personnelle, conditions de travail jugées épuisantes en termes de charge mentale, ...).


Le rapport entre le niveau d’engagement et d’exigence dans leur métier (vocation) et les facteurs d’usures psychologiques (charge mentale/émotionnelle, manque de soutien/sentiment d’isolement, etc.) crée la perception d’un déficit de ressources critiques pour leur équilibre, leur bien-être et leur santé psychologique.

Nous espérons que ces apports contribueront à nourrir la réflexion des acteurs sociaux, pouvoirs publics, conseils de l’ordre, etc. autour de ces enjeux.


(source : Carpimko / Stimulus)


Télécharger la synthèse de l'étude :

etude-carpimko-penibilite
.pdf
Download PDF • 4.96MB


24 vues0 commentaire
  • Facebook - White Circle
  • Twitter - Cercle blanc
  • LinkedIn - White Circle

Politique de confidentialité